La cryptographie : l’art de chiffrer les messages secrets

Share on Facebook3Tweet about this on Twitter5Share on Google+0Pin on Pinterest0

S’il y a une chose que les enfants adorent, c’est bien s’envoyer des messages secrets! Cet art existe depuis des millénaires et est utilisé par toutes les armées du monde. Mais plutôt que de faire le tour du monde, faisons un petit tour dans l’histoire.

Chiffrer les messages comme Jules César

Sans le savoir, c’est la méthode de Jules César que nos enfants utilisent le plus souvent pour chiffrer leurs messages. Et pour cause, il suffit de remplacer une lettre par une autre. La petite particularité c’est qu’on garde quand même l’ordre alphabétique dans le chiffrement de César.

Par exemple, si on décide que la A sera remplacé par le G, le B s’écrira alors H, le C deviendra I… Et donc le mot BAC s’écrira HGI. Pour déchiffrer le message, il suffit de refaire l’opération en sens inverse. Jusque-là rien de bien sorcier, mais les messages chiffrés par cette méthode sont très facile à décrypter.

chiffrer un message comme César

Chiffrer avec l’alphabet désordonné

Pour rendre la tache de décryptage plus compliquée (et donc mieux protéger ses secrets), il vaut mieux utiliser la méthode de l’alphabet désordonné. C’est le même principe que le chiffrement de César, mais au lieu de décaler l’alphabet on remplace chaque lettre par une autre lettre de l’alphabet au hasard. Donc par exemple, A sera remplacé à K, B par S et C par M. Donc le mot BAC donnera SKM.

Avec cette méthode de chiffrement, le déchiffrement est simple quand on a la clé, mais plus compliqué quand on ne l’a pas… Pour décrypter le message, il faudra étudier la fréquence des lettres. En effet, en français, on utilise beaucoup plus les lettres E, S et A que les autres (sinon le W ne vaudrait pas 10 points au Scrabble). Sur des mots courts, il est très difficile de décrypter les messages, mais plus les phrases sont longues, plus c’est facile. Du coup, les militaires ont cherché d’autres moyens de chiffrer leurs messages.

chiffrer un message avec l'alphabet désordonné

Chiffrer avec la machine Enigma

Pendant la seconde guerre mondiale, les Allemands utilisent la machine Enigma pour chiffrer leurs messages. Cette méthode de chiffrement a beau être connue de tous (même des ennemis), elle était réputée incassable! Et en effet, il est impossible pour des êtres humains de décrypter des messages chiffrés avec Enigma. Impossible pour des êtres humains, mais pas pour des machines. C’est ce à quoi Alan Turing et son équipe vont s’atteler pendant la seconde guerre mondiale. Ils ont réussit à construire une machine baptisée la « Bombe »qui peut décrypter les messages. Les premiers ordinateurs étaient nés!

Comment marche la machine Enigma? C’est tout simple, on utilise l’alphabet désordonné mais on change la clé à chaque lettre. Donc si on reprend notre exemple, le premier chiffrement va remplacer les lettres ABC par DHT, puis lors du deuxième chiffrement, on remplace ABC par FET et enfin lors du 3ème chiffrement on remplace ABC par SLI. Donc le mot BAC sera codé HFI. Et inversement le mot HFI sera codé BAC. Pour déchiffrer le message, il suffit d’avoir la clé qui a permis le réglage de la machine et de retaper le message chiffré. Sans la clé, impossible de déchiffrer le message!

Pour mieux comprendre, l’idéal est de tester la machine en version papier. Voici une page qui explique comment réaliser cette version papier de la machine Enigma. Malheureusement, c’est en anglais. Si vous souhaitez la traduction, n’hésitez pas à me la demander.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *