3 femmes qui ont révolutionné l’informatique

Share on Facebook4Tweet about this on Twitter0Share on Google+1Pin on Pinterest0

Pour la journée de la femme, je ne peux résister à la tentation de vous présenter 3 femmes exceptionnelles qui ont révolutionné l’informatique et nos vies avec.

La première programmeuse : Ada Lovelace

Ada LovelaceLe premier programme informatique a été écrit par Ada Lovelace en 1843. Soit 1 siècle avant le 1er ordinateur. Si vous doutiez encore qu’il est possible d’apprendre à coder sans ordinateur, Ada Lovelace en est la preuve!

Mais à cette époque, les femmes n’étaient pas les bienvenues dans les sciences. Ada Lovelace réussit à se faire une place et écrit un mémoire sur le fonctionnement de la machine de Babbage (l’ancêtre de l’ordinateur). Elle avait pressenti qu’un ordinateur pourrait faire bien plus que des calculs, comme par exemple jouer de la musique.

Sans Ada Lovelace, les ordinateurs seraient peut-être uniquement utilisés pour faire des calculs.

 

Tout le monde peut programmer : Grace Hopper

Credit: Unknown (Smithsonian Institution)

Aux débuts de la programmation sur ordinateur, les informaticiens devaient écrire des consignes compréhensibles par la machine. Un programme était une liste incompréhensible de consignes du genre : movb $0x61,%al (qui signifie écrit le chiffre 61 dans la case al).

Mais Grace Hopper veut généraliser l’usage de l’informatique à tous. Or, en 1940, seule une poignée d’informaticiens sont capables d’utiliser les ordinateurs. Son idée révolutionnaire est d’écrire les programmes en anglais. Ce à quoi les informaticiens de l’époque répondaient : « les ordinateurs ne comprennent pas l’anglais! ». Elle persévère et créé ainsi le premier compilateur en 1949. Ce compilateur permet de transformer des lignes de code écrits en anglais en lignes de codes compréhensibles par la machine.

La révolution informatique peut conquérir le monde civil. Aujourd’hui, même les enfants peuvent programmer des ordinateurs! Merci Grace Hopper.

 

Un ordinateur multitâches : Margaret Hamilton

Margaret Hamilton pose à côté du code du logiciel de navigation qu’elle a écrit.  Crédit : Draper Laboratory

Margaret Hamilton travaille sur les missions Apollo qui emmèneront Niel Armstrong faire ses premiers pas sur la Lune. Avec son équipe, elle écrit le code du logiciel qui aidera à l’alunissage et au décollage de la navette spatiale. Margaret Hamilton n’a pas le droit à l’erreur, la vie des astronautes est en jeu. Elle travaille dur et amène souvent sa fille Lauren au laboratoire le soir et le WE. Un jour, Lauren fait planter le logiciel en jouant avec le clavier. Margaret Hamilton a alors l’idée de rajouter des messages d’erreurs pour éviter que ce type d’incident se produise en vol. Ce à quoi ses supérieurs lui répondent : « les astronautes sont formés pour être parfaits! » Elle décide alors de ne mettre qu’un avertissement. Mais, lors de la mission Apollo 8, un astronaute se trompe et lance le mauvais programme au mauvais moment…

Lors des missions suivantes, Margaret Hamilton ne cessera d’améliorer la conception de son logiciel en le rendant le plus fiable possible. C’est sa capacité à imaginer tous les cas de figure possibles et imaginables qui ont sauvé la mission Apollo 11. Lors de l’alunissage, l’ordinateur de bord était occupé à des tâches non prioritaires alors qu’il aurait dû se concentrer sur la descente sur la Lune. Heureusement, la conception du logiciel de Margaret Hamilton a permis à l’ordinateur de reconnaître qu’il ne pouvait pas traiter toutes les demandes et de se concentrer sur la tâche prioritaire : l’alunissage!

Si les logiciels sont aujourd’hui capables de traiter plusieurs tâches à la fois, c’est grâce à Margaret Hamilton. Concrètement, ça veut dire que vous pouvez jouer sur votre smartphone tout en continuant à recevoir des appels.

Vous ne trouvez pas qu’elle a un air de Hermione Granger dans Harry Potter?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *